Chers amis,

 
 
 

J’ai proposé à ma chère petite équipe de Dernière Bande de m’adresser directement à vous, à travers cette nouvelle newsletter. Non pas, rassurez-vous, pour faire le coup du “journal de confinement”, mais plus simplement pour vous donner des nouvelles, depuis le studio Klein Leberau où j’ai la chance d’avoir pu, dès le début, me replier avec mon ingénieur du son, l’indispensable Léo Spiritof. Je dis la chance, car il se trouve que la catastrophe à laquelle nous avons tous affaire (et qui est probablement, dans ses pires conséquences, encore devant nous), est aussi, très ironiquement, pour nous, une incroyable occasion, un véritable Kairos. Du temps au studio pour travailler plus librement que jamais, d’une certaine manière, je l’avoue, j’en rêvais… Un studio d’enregistrement est par excellence un lieu où le confinement est la condition même de la création.

Que ce rêve soit exaucé dans des conditions générales à bien des égards cauchemardesques, qui interdisent qu’on puisse s’en prévaloir, et qui font qu’il ne peut être vécu que dans la contradiction, cela demanderait qu’on invente une forme nouvelle de blues pour être exprimé. Mais peut-être que le blues a toujours été l’expression de ce sentiment “tragico-idyllique” qui aujourd’hui nous envahit.

Plusieurs fois reportée, la sortie de mon nouvel album, ENVIRONS, est désormais arrêtée au 26 juin prochain, chez Dernière Bande/Pias.

Nous avons le plaisir de pouvoir annoncer qu’un premier morceau, BLEU BAC, est disponible depuis vendredi dernier.

Écrit avec les excellent(e)s Myriam Boisaubert pour le texte et Christophe Calpini pour la musique, il fait l’objet d’un clip réalisé par mon excellent ami Fred Poulet. 

Ce clip est désormais visible et partageable ici.

Pour qui voudrait avoir un aperçu plus complet de l’album ENVIRONS, il suffit de cliquer ici pour revoir le concert en solo de près d’une heure que j’ai donné pour Arte le 3 Avril dernier.

Je vous retransmets également la Carte Postale Vidéo que nous avons adressée à Nova après la si triste nouvelle de la mort de Christophe. Il s’agit d’une version live de La Man enregistrée avec lui à Banlieues Bleues en Mars 2019, lors de l’hommage du Couscous Clan à Rachid Taha (nous avons envoyé, Léo et moi, le mix de cette version à Christophe la veille de son hospitalisation, nous ne saurons jamais s’il a eu le temps de l’écouter). J’y cite les derniers vers de la chanson “Je veux” de Marie Möör, dont La Man s’est inspiré : “Je veux du velours, de la soie, des roses / Revoir mes copains sous la terre / Je veux demeurer comme ça paupières mi-closes / Rêver ma vie ma vie de rêve / Je veux une trêve / Je veux une pause / Je veux quelque chose, quelque chose / De nouveau”.

“Sing mir ein neues Lied!” implorait Nietzsche dans ses dernières lettres…

Voici également quelques liens à des vidéos récemment émises depuis le studio ou réalisées à distance : Radioactivity, réalisée pour Mediapart, et filmée par Léo Spiritof, une version interconfinée de “Que sera Votre vie ?” réalisée par Fred Poulet, qui sera bientôt suivie d’une version des Danses Anglaises, avec Bertrand Belin.

 À découvrir bientôt également sur ma chaîne Youtube, une série de Valley Sessions quasi quotidiennes filmées ici même par Léo, les inédits “Bleu de Chine” et “Chaque Fois”, et les reprises acoustiques de “Soirs de Sam”, “Rattlesnake”, et “Avance”, notamment.

Sachant que c’est peut-être à la Saint GlinGlin (de l’allemand “Klingen”, sonner) que nous pourrons nous retrouver lors de véritables concerts (même si une tournée, en collaboration avec Caramba, est prévue à partir d’octobre), je m’occupe depuis mon fond de Vallée (située pour ceux qui ne sont jamais venus au Festival, à la frontière des Vosges, du Bas-Rhin et du Haut-Rhin, entre territoires welches et alsaciens, entre France et Allemagne, ajoutons la Suisse..), je m’occupe, donc, depuis ce confin des confins, à imaginer de nouvelles propositions musicales, qui ne soient ni des ersatz de live ni de simples additifs promotionnels…

J’ai été très surpris de constater que l’expérience du “concert virtuel”, si l’on tâche de s’y engager avec le plus de générosité possible, n’a au fond rien de virtuel (ou alors c’est que tout concert a une dimension virtuelle). C’est bien sûr très déstabilisant. On s’adresse à un téléphone portable, on a l’impression de se transformer en une bouteille à la mer (mais morte). Ensuite seulement on découvre que l’on a joué devant l’équivalent d’un Olympia bourré à craquer, et l’on recueille les réactions personnelles d’un nombre incroyable de spectateurs (bien que confinés, ils cessent totalement à ce moment-là d’être un “public” abstrait). Plus tard encore, on découvre que plus de 100 000 personnes se seront jointes au rendez-vous. Cette expérience est inspirante et me donne beaucoup d’envies pour le proche avenir. Cet avenir s’annonce très sombre, sur le plan de l’économie, pour les artistes indépendants, et pour tous ceux qui travaillent à leur côté. Il nous faudra être inventifs, courageux, et combatifs. Si ce sont les partisans du retour à la normale, en pire, et avec rattrapage à la clé, qui l’emportent les prochains mois, c’en sera fini de nous. Nous devrons donc aussi compter sur vous. Il ne s’agira pas d’assistance, encore moins d’aumône. À la fameuse “loi de l’offre et de la demande”, qu’on nous oppose sans cesse, il nous faudra substituer et rendre concrète (y compris économiquement) une toute autre loi, celle du don et du désir.

J’ai décidé de conserver pour mon nouvel album son titre ENVIRONS, malgré le fait qu’on pourrait y voir une allusion de mauvais goût au Virus qui a surgi entre temps (et qui les aura singulièrement réduits, nos environs...).

Mais je propose qu’on entende ce titre comme un verbe, et donc comme une invitation pour l’avenir : “ENVIRONS !”

Le verbe ENVIRER a bel et bien existé. Il signifie : “tourner sur soi-même, jusqu’à l’ivresse”.

Devenons donc des derviches tourneurs.

 
 
 

Rodolphe Burger

 
 
 
 
 

à paraître le 26 juin chez Dernière Bande / PIAS

Précommandez maintenant
double vinyl  + cd inclus

 
 
 
 
 
Concert Arte
 
   
 
Que sera votre vie ?
 
   
 
Radioactivity
 
   
 
Bleu Bac (à voir)
 
   
 
Bleu Bac (à écouter)
 
   
 
La Man ( carte postale pour Nova)
 
 
 
 
 

© 2020 Dernière Bande
Se désabonner